Urgence psychiatrique avec nécessité d’une prise en charge somatique (intoxication, blessure, altération de l’état général, etc)

CHU - Hôpitaux de Rouen Hôpital Charles Nicolle 

1 rue de Germont
76031 Rouen cedex

02 32 88 89 90

Accueil 24h/24.

Urgence psychiatrique avec présomption d’hospitalisation, sans nécessité d'une prise en charge somatique

Unité d’accueil et d’orientation (UNACOR) 

4 rue Paul Eluard
76300 Sotteville-lès-Rouen

02 32 95 18 33

Accueil 24h/24.

Urgence psychiatrique, sans présomption d’hospitalisation

Centre d’accueil et de soins psychiatriques Saint Exupéry (CASP)

272 route de Darnétal 
76000 Rouen

02 35 07 40 40

Accueil du lundi au vendredi de 9h à 20h.

C.H du Rouvray 02.32.95.12.34
URGENCES
15
A+ / A-
Développement durable

Développement durable

En 2009, le Centre Hospitalier du Rouvray a inscrit pour la première fois dans son projet d’établissement sa volonté d’agir dans une logique de développement durable. Depuis, des actions en faveur du développement durable sont mises en place régulièrement.

Un parc préservé et valorisé

Depuis 2006, soit bien avant que ce soit rendu obligatoire par la réglementation au 1er janvier 2017, le parc arboré de 80 hectares entourant les unités d’hospitalisation n’est plus impacté (de manière progressive puis définitive) par l’utilisation de produits phytosanitaires.

L’embellissement est géré autrement par l’utilisation de techniques alternatives plus respectueuses de l’environnement (désherbage mécanique et manuel, paillage des massifs, permaculture, lutte biologique (apport d'insectes prédateurs des insectes nuisibles, notamment dans les serres).

Mais aussi :

  • Mise en place d'une parcelle en éco-pâturage (13 moutons et 7 chèvres). Ces animaux s’occupent de brouter certaines prairies (25 000m²) autrefois fauchées mécaniquement.
  • Soutien à la biodiversité animale et végétale : tontes différenciées, implantation d'hôtels à insectes, parcelle expérimentale de gestion différenciée (convention avec la métropole de Rouen et l'Université de Rouen Normandie) : tonte ou fauchage selon une périodicité spécifique à chaque secteur afin d'étudier l'impact sur plusieurs années sur la biodiversité animale et végétale.
  • Accord avec un apiculteur pour récupérer les essaims d'abeilles sauvages.
  • Arrosage automatique avec tuyaux poreux muni d'un programmateur afin de déclencher l'arrosage la nuit.(évite l'évaporation, économise l'eau et réduit le temps d'intervention)
  • Deux vergers sont installés afin de préserver des variétés de fruitiers d’origine normande en lien avec l’association de pomologie de Normandie.
  • Tous les déchets verts issus de l’entretien du parc et des structures extérieures sont conservés sur une plateforme de compostage de déchets verts.

L’Homme au centre des préoccupations

Destinées aux patients de l’hôpital, des activités thérapeutiques liées au jardin sont animées tout au long de l’année dans le parc.

Le Centre Hospitalier a également apporté une aide logistique à la création d'un ESAT (Etablissement et Service d'Aide par le Travail) géré par l'association ARRED. Il s'agit d'une activité de maraîchage biologique qui vend sa production sur place selon des créneaux horaires définis. Le centre hospitalier met à disposition le terrain et certaines installations techniques et des lieux de stockage. L'association favorise l'accueil d'anciens patients comme stagiaires dans le but de tester et favoriser leur réorientation professionnelle. Du terrain non utilisé retrouve un intérêt productif et esthétique.

Une consommation énergétique étudiée

L’établissement s’est doté d’une centrale de cogénération. La production d’électricité permet de dégager de la chaleur qui est utilisée pour chauffer et produire de l’eau chaude.

Côté lumières, les ampoules à LED ont commencé à remplacer petit à petit l’existant.

Côté PC, l’établissement utilise des écrans d’ordinateur dernière génération ayant une basse consommation d’énergie.

Une gestion des déchets qui s’optimise

25 filières de tri existent déjà dans l’établissement. 
Côté papier par exemple, l’établissement utilise de nouveaux logiciels permettant de gérer de nombreux documents par voie dématérialisée, évitant ainsi des impressions. En parallèle, le papier imprimé est récupéré et intègre une filière de recyclage.

40 tonnes de papier et cartons sont ainsi collectées par an pour être rachetées et recyclées.

La collecte des bio-déchets (épluchures, restes alimentaires) de l’Unité de production culinaire et du self du personnel va bientôt être mise en place.

Une entraide aux associations

Dans le cadre d’une réflexion qui vise à réduire le gaspillage alimentaire, la production de repas est ajustée au plus proche du réel. Cependant, lorsque des repas ne vont pas être consommés avant la date de péremption, ces derniers sont proposés à l’association Saint Vincent de Paul afin de venir en aide aux plus démunis.

Dans le même esprit, l’hôpital a mis en place, sur différents sites, des collecteurs de bouchons pour l’association «BOUCHONS 276».

Une douce mutation des modes de transport

Côté transport, l’établissement :

  • utilise 8 véhicules électriques.
  • favorise les transports en commun pour les personnels travaillant au cœur de l’agglomération rouennaise.
  • a installé des zones de stationnement pour vélos aux abords des services.

 

Le magazine Le Rouvray n°62 propose un dossier complet sur le sujet développement durable : « Quand le durable se développe ».

 

Une demande d’information ? une proposition de partenariat ? N’hésitez pas nous envoyer un courriel à l’adresse suivante : developpement.durable@ch-lerouvray.fr.